3. Cahier de doléances, plaintes et remontrances de la paroisse de Gometz-la-Ville

« Procès-verbal d’élection de 2 députés et d’instructions et pouvoirs donnés aux dits députés par les habitants composant le Tiers-Etat dûment assemblé de la paroisse de Gometz la Ville :

L’An 1789, le 13e jour d’avril par devant nous Jean Louis de la Noue, Lieutenant général du Baillage et Comté de Limours, sont comparus les habitants de la Paroisse de Gometz la Ville, lesquels suivant la lettre du Roi du 28 mars dernier et conformément à l’ordonnance de Monsieur le Prévôt de la Ville, Prévôté et Vicomté de Paris du 1er avril 1789 publiée au prône le 12 du même mois, ont élu pour y satisfaire les sieurs André, Jacques, Philippe Lebrun de Ragonant et Pierre Duval, laboureurs, habitants de la dite Paroisse auxquels ils ont donné pouvoir et puissance de comparaître en l’assemblée qui se fera le samedi 18 avril sept heures du matin, en la grande Salle de l’Archevêché de Paris… »

Ainsi débute le document où s’exprime l’opinion des habitants de Gometz la Ville à la veille de la Révolution française.

On se rappelle dans quelles circonstances a été décidée cette consultation. Incapable de résoudre la crise financière, Louis XVI a rappelé au Ministère le banquier Necker et pour retrouver la confiance de la Bourgeoisie d’affaires et éviter la banqueroute, il s’est résigné à convoquer les États Généraux qui n’avaient pas été réunis depuis 1614.

C’était une assemblée de députés des trois ordres qui composaient la société française d’alors : Clergé, Noblesse, Tiers-État. Chaque ordre élisant séparément ses représentants : le clergé et la noblesse, directement, le Tiers-Etat, l’énorme majorité de la population, au moyen d’un scrutin à deux tours — à trois tours même, dans notre région.

L’ordonnance du Prévôt de Paris précisait qu’étaient « convoqués tous les habitants nés Français ou naturalisés, domiciliés et compris aux rôles des Impositions » afin de « procéder d’abord à la rédaction du cahier des plaintes, doléances et remontrances que les villes, bourgs et communautés entendent faire à Sa Majesté et présenter les moyens de pouvoir subvenir aux besoins de l’État et tout ce qui peut intéresser la prospérité du Royaume et celle de tous et de chacun des sujets de Sa Majesté ; ensuite, de procéder à haute voix à la nomination de députés à raison de 2 députés pour 200 feux et au-dessous… »

On admirera la rapidité d’exécution de l’ordonnance : lecture au prône le 12 avril, délibération et élection le 13 et le 18 à 7 heures du matin à l’Archevêché de Paris, les députés de Gometz la Ville retrouvaient les 1800 élus des 600 paroisses qui composaient la Prévôté et Vicomté de Paris..

Ils avaient avec eux ce cahier, avec mission d’en faire prendre en considération les doléances. Voyons-les : en première partie, les articles sur « tous les grands objets qui intéressent la nation en général » tels que :

  • Article 1er : la permanence ou le retour périodique des Etats-Généraux.
  • Article 2e : la propriété des Biens et la sûreté des personnes assurées de manière que sous aucun prétexte, on ne puisse inquiéter un citoyen dans sa personne, dans son honneur ou dans ses biens autrement que d’après les lois du royaume.
  • Article 3e : la réforme des lois civiles et criminelles ainsi que du code des chasses, la destruction des lapins et l’exécution des lois sur les pigeons et les colombiers. L’égalité des peines en matière de crime, afin que le supplice ne soit point un titre d’honneur pour les uns et d’infamie pour les autres.
  • Article 4e : la suppression de tous les privilèges et une égale répartition des Impôts de manière que nul ne puisse s’y soustraire, et qu’il ne puisse en être établi aucun sans le consentement de la nation.
  • (Les articles 5, 6, 7 intéressent la levée des Impôts, la responsabilité des ministres, la réduction des dépenses).
  • Article 8e : l’acquittement des dettes de l’État en substituant aux impôts accablants qui existent aujourd’hui sous un nombre prodigieux de dénominations différentes et abusives, une taxe moins gréveuse pour le Peuple.
  • Article 9e : une imposition sur ceux qui retirent le plus d’avantages des routes multipliées qui existent dans le royaume, et que l’on n’a établies qu’aux dépens des malheureux (par la corvée royale).
  • Article 10e : (déjà le désir d’une représentation) l’établissement d’États Provinciaux dans chaque généralité ou arrondissement… »
  • À la suite de ces articles à caractère général, les « habitants chargent en outre leurs députés de faire les représentations les plus fortes à l’assemblée sur les objets ci-après qui les intéressent particulièrement ».

Les habitants de Gometz la ville protestent d’abord contre une modification dans la répartition de l’impôt : la Taille. L’administration a admis « que chaque cultivateur a un tiers de bonnes terres, un tiers de médiocres et un tiers de mauvaises. On établit sur cette base un prix moyen de manière que celui qui n’a que des terres médiocres ou mauvaises, celui qui n’en a que des mauvaises, et celui qui n’en cultive que de bonnes payent au même taux et sans aucun égard pour la différence de leur position ».

Le dernier article a trait à « l’énorme quantité de bêtes fauves — (biches, chevreuils, cerfs…) — répandues dans les bois qui avoisinent la plaine de Gometz la Ville », et insiste sur les dégâts occasionnés, « ce n’est pas seulement la dent de ces animaux qui dévaste les champs ensemencés », à l’approche de la moisson « c’est encore leurs pieds et dès le printemps lorsque dans les années pluvieuses ils viennent chaque jour et à plusieurs reprises passer en hordes nombreuses sur les blés les laboureurs voisins de ces bois ont beau louer depuis le 15 avril jusqu’à la récolte des garde-biches qui chaque nuit font la ronde pour défendre leurs grains, ils ne peuvent les préserver qu’en partie… »

Suivent les signatures de dix habitants de Gometz la Ville — des noms qui éveillent bien des échos dans les vieilles familles du pays : PESCHEUX, syndic ; Louis DUVAL, Claude POLUCHE, VAVASSEUR, Jacques BOITE, Claude BILLARD, Jean BRETON, Jean-Baptiste BLAIN et les deux « députés » : LEBRUN de Ragonant et DUVAL.

Que l’on aimerait connaître le récit qu’ils firent de leur voyage, des deux longues séances des 18 et 19 avril qui se prolongèrent jusqu’à minuit, le tumulte qui les salua, lors de la vérification des mandats, l’appel de nobles ou de prêtres élus par des paroisses de campagnes comme ce prêtre de Bures, BERTHE qui, comme les autres, fut obligé de se retirer, la réduction de l’assemblée au quart (pour élire les députés) et le choix de trente commissaires nommés pour examiner les cahiers.

Celui de Gometz la Ville ne présente pas le large éventail de revendications que l’on trouve dans les communes voisines, Gometz le Châtel ou Les Molières : lois faites par les États-Généraux et le Roi, gratuité de la justice, des Sacrements et de l’école pour les pauvres, uniformité des poids et mesures. Mais on y trouve, avec les préoccupations d’une communauté paysanne particulièrement sensible aux fléaux qui pèsent sur elle : lourdeur des impôts, ravages du gibier, l’écho des grands débats qui ont passionné l’opinion publique française au XVIIIe siècle : liberté politique, liberté individuelle, suppression des privilèges, égalité des Français devant la loi et devant l’impôt. Des questions sur lesquelles il y aurait encore à dire aujourd’hui.

Il est intéressant de remarquer que l’un des députés, André Jacques Philippe Lebrun, désigné comme laboureur est, en réalité « écuyer, Inspecteur général des Postes et Relais de France pour le service de la Cour, Ancien Secrétaire d’Ambassade dans les cours de Constantinople et de Madrid, Seigneur du Grand Ragonant ».

Un exemple local de l’alliance nouée en 1789 entre la masse paysanne et la bourgeoisie qui, forte de sa puissance économique, voulait accéder à la puissance politique.

Note :

Parmi les 8 députés élus, 3 cultivateurs choisis en premier, 1 négociant et 4 hommes de loi, dont J.B. Target, avocat célèbre, originaire des Molières où il possédait Quincampoix et Armenon.

Parmi les suppléants, un cultivateur de Massy.

Vous aimerez aussi...

HELLO !